Entretiens menés autour des campagnes de numérisation de différentes structures

Entretiens menés par Aurélie Noury auprès de :

FRAC Bretagne (Rennes) > 21 janvier 2021
Carolina Pineda, Documentaliste

Archives de la Critique d’art (Rennes) > 28 janvier 2021
Laurence Le Poupon, Chargée des archives

Rennes 2 (Rennes) > 8 février 2021
William Diakité, Doctorant en Arts plastiques (Structuration de collection et Modèle d’Analyse de la Critique d’art)

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (Rennes) > 18 février 2021
Jean-Yves Le Clerc, Conservateur du patrimoine

Fanzinothèque (Poitiers) > entretien mené par mail par Alexandrine Bonoron, janvier 2021
Marie Bourgoin, documentaliste
Gregor Martin, documentaliste-numérisation

Bibliothèque Kandinsky (Paris) > à venir
Victor Guégan, Responsable des imprimés contemporains

Bibliothèque nationale de France (Paris) > à venir
Cécile Pocheau-Lesteven, Chargé de collections : estampes XXe et XXIe siècles

Liste des questions :

1- Quel type de documents numérisez-vous et pour quels usages ?

2- Quand cette campagne a-t-elle démarré ?

3- Quel matériel utilisez-vous pour la numérisation (modèle du scanneur, quels autres appareils ? Caméra, appareil photo, etc. ?)

4- Avez-vous déjà privilégié un appareil plutôt qu’un autre en fonction de la nature de l’objet à numériser ?

5- En quel format numérisez-vous ? JPEG, PDF, TIFF ? Et en quelle résolution ?

6- Numérisez-vous vos documents une fois en HD puis obtenez-vous des résolutions plus basses via Photoshop ou numérisez-vous plusieurs fois aux résolutions souhaitées ?

7- Comment nommez-vous vos fichiers ?

8- Quels traitements particuliers appliquez-vous sur les images ?

9- Comment procédez-vous avec les supports sonores et vidéo ?

10- Avez-vous recours à l’océrisation ?

11- Quelles solutions techniques avez-vous privilégiées pour les documents hors formats ? Les boîtes au contenu hybride ? Les Flip Books ? Les livres à systèmes ?

12- Vos choix techniques de numérisation sont-ils dépendants du type de publics concerné?

13- Avez-vous déjà renoncé à numériser un document pour des raisons techniques ? Par exemples des emboitages complexes ou des livres sensoriels ?

14- Comment construisez-vous les métadonnées relatives aux documents numérisés, selon une grille ou au cas par cas ?

15- Quelles autorisations demandez-vous aux auteurs ? Aux éditeurs ?

16- Cela fait-il l’objet d’un contrat ? Papier ou numérique ? Pour combien de temps ?

17- Adaptez-vous vos contrats pour les artistes étrangers ?

18- Certains auteurs se sont-ils opposés à la numérisation de leurs pièces ?

19- Comment procédez-vous en cas d’auteurs multiples ?

20- Avez-vous associé les auteurs à vos opérations de numérisation ?

21- Quel regard portez-vous sur les fonds de publications d’artistes numérisés ? Avez-vous d’autres lieux/expériences en tête ?

22- Quelles fonctionnalités permises par le numérique peuvent servir l’œuvre à votre avis ? Pensez-vous que cela est souhaitable ?

23- Avez-vous des retours d’usagers ?

Réponses en cours

Typologie des publications d’artistes

Par Aurélie Noury (Rennes 2), Leszek Brogowski (Rennes 2)

et l’équipe du projet :
Marie Boivent (Rennes 2), Alexandrine Bonoron (Rennes 2), Laurence Corbel (Rennes 2), Béatrice Lamarque (Frac Bretagne), Morgane Mignon (MSHB), Gwenaëlle Patat (MSHB), Aurore Sorieux (Rennes 2), Dominique Wolf (Rennes 2).

Document consultable sur HAL

Chronique : 3 février 2021

Réunion en visioconférence entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Aurore Sorieux.

Nous démarrons avec cette séance les échanges autour des questions de catalogage de livres d’artistes.
Dans le cadre du projet CLA++, il est question d’établir un guide de catalogage, en s’appuyant sur les expériences déjà menées dans d’autres structures, sur les impératifs de certaines bases de données et sur l’idée d’une notice “idéale”, c’est-à-dire la plus précise possible et la mieux adaptée aux spécificités des publications d’artistes.

Un premier comparatif des notices de six structures est dans un premier temps établi à partir d’un même titre : Têtes ou Queues de Christophe Viart. Les structures choisies sont :
La BU de Rennes 2 (Sudoc)
Le Frac Bretagne (GColl 2)
Le CLA (WordPress)
La Bibliothèque Kandinsky
La Bibliothèque municipale de Lyon
Le Centre des livres d’artistes de Saint-Yrieix-la-Perche

Le comparatif concerne les champs suivants :
Titre, auteur(s), ville, éditeur, date, nombre d’exemplaires, langue du document, genre, description, résumé, isbn, cote, image, type d’acquisition, crédits, notes diverses.

Le projet consiste à constituer une notice idéale, comportant des champs complets et adéquats. Les livres d’artistes réclament des notices adaptées à leurs spécificités par rapport aux notices de livres (plus de champs techniques) et/ou d’œuvres plastiques (présence de l’éditeur, ou de l’ISBN par exemple). Il sera dans un second temps question d’étudier l’interopérabilité de la notice idéale avec les impératifs Sudoc et GColl.

Les discussions ont porté sur le ou les auteurs ce jour. Il a été décidé de conserver les consignes suivantes :
-Écrire en majuscules le nom de famille de l’auteur
-Écrire tout en majuscules pour les pseudonymes comme “ERNEST T.”
-Choisir de ne pas ajouter d’alias en cas de pseudonyme mais la question reste ouverte car l’intérêt de notre base est aussi d’avoir une valeur ajoutée par rapport aux autres. Sans doute faut-il associer les artistes à ces décisions.
-Ajouter sa date de naissance et de mort le cas échéant
-En cas de pseudonyme, le Sudoc met la date de naissance de l’auteur réel, GColl 2 indique le début de la période d’activité, ce qui est une bonne alternative. Si les alias sont indiqués, il apparait logique de renseigner la date de naissance de l’auteur.
-Ajouter son pays d’origine
-Établir une liste d’autorité pour les auteurs
-Ajouter des champs “Collaborateur”. Pour cela, il faut établir une liste de fonctions possibles : préfacier, traducteur, etc.
-Ajouter un champs pour le graphisme. Il nous parait important d’associer aujurd’hui cette fonction aux bases de livres d’artistes. Ne rien renseigner si c’est l’artiste, sinon ajouter le nom de l’inventeur de la forme graphique. Il faut associer de plus en plus les artistes pour connaitre les contextes de production des publications et être le plus précis possible.