Chronique : 21 octobre 2020

Réunion à la MSHB entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Gwenaëlle Patat, Dominique Wolf

La séance est entièrement consacrée au paramétrage du carnet Hypothèses dédié au projet CLA++ : le paramétrage est guidé par Morgane Mignon, qui apporte des éléments de formation à l’ensemble de l’équipe. Ce carnet vise à faire état des recherches en cours dans le cadre du projet. Deux types de publications seront régulièrement mis en ligne : d’une part, des articles rangées sous la catégorie “Chronique” pour rendre compte des réflexions portées pendant nos réunions de travail et, d’autre part, des contributions de recherche (catégorie “Billets de recherche”) concernant les différents niveaux d’élaboration du projet : définitions, numérisation, travaux sur la base de données et le signalement, etc.

Chronique : 7 octobre 2020

Réunion au CLA entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Gwenaëlle Patat, Dominique Wolf

Une longue discussion s’engage sur la nature et l’histoire du fonds du CLA : comment s’est-il constitué ? Quel est sont statut ? Comment est-il géré ? Quel est son avenir ? En effet, la labellisation du fonds “CollEx” en 2018 est un événement majeur dans l’histoire du CLA – la reconnaissance de son importance pour les chercheurs comme un fonds documentaire –, mais elle n’efface pas son histoire complexe et à rebondissements, ni ne résout immédiatement ses difficultés inhérentes et structurelles, bien qu’elle aide à poser les bases des solutions à venir et en indique les orientations.

Depuis sa naissance en 2006, le CLA a toujours été étroitement lié au laboratoire de recherche en Arts plastiques de l’université Rennes 2, et a bénéficié du soutien d’autres composantes de l’université, mais il est l’émanation des activités de l’association Éditions Incertain Sens (IncS), fondée en 2000. Les missions de celle-ci sont définies dans ses statuts de la manière suivante : elle “a pour but la publications de livres d’artistes et leur distribution, ainsi que le soutien aux projets relatifs à la présence du livre d’artiste dans la culture éditoriale et artistique”. En réalisant ces missions, IncS et le CLA ont acquis une place dans un réseau d’acteurs, englobant tous les continents. Ce réseau est composé d’artistes, d’éditeurs aux statuts différents, de libraires et collectionneurs, de critiques d’art et de chercheurs d’autres disciplines, d’étudiants, donc les doctorants, de lecteurs et libraires, de bibliothécaires et documentalistes, etc. : tous passionnés du livre ou de l’imprimé d’artiste.

Deux tiers du fonds sont constitués par dons ou échanges (la “monnaie” de ces échanges, ce sont les 150 publications du catalogue des IncS : livres d’artistes, Sans niveau ni mètre. Journal du Cabinet du livre d’artiste, collection “Grise. Recherches sur les publications d’artistes”, etc.) et seuls 15% environ sont acquis au travers d’achats réguliers. C’est la particularité du fonds du CLA, à la fois son intérêt et sa différence spécifique par rapport à d’autres fonds de livres d’artistes : il documente un phénomène en cours, phénomène artistique et éditorial, à caractère en partie populaire (éditions à compte d’auteur, statut informel d’éditeurs, les fanzines d’artistes, etc.) et de dimension internationale. Ce fonds d’archives existe, d’une part, grâce à la participation de l’équipe qui l’anime aux pratiques du livre d’artiste, et, d’autre part, aux activités de recherche qui en ont motivé en grande partie la création dans le contexte universitaire.

Versant des IncS, le CLA conditionne donc la recherche sur les publications d’artistes, dont la méthodologie repose sur l’observation participante, dont il est une variante originale. Pour ne donner qu’une illustration, la prochaine publication prévue dans le cadre de la collection “Grise”, Éditeurs de livres d’artistes (1960-1980), dirigée par une équipe sous la direction d’Anne Mœglin-Delcroix, contiendra des entretiens avec dix éditeurs historiques de livres d’artistes : John Armleder, Simon Cutts, herman de vries, Michel Durand-Dessert, Leif Eriksson, Guy Jungblut, Walther König, Yvon Lambert, Irmeline Lebeer-Hossmann, Hansjörg Mayer, Maurizio Nannucci et Maurizio Spatola.

Le label CollEx vient donc en reconnaissance d’un fonds documentaire spécifique que constitue le CLA, ce qui ne doit pas faire oublier que, comme toutes les archives, il a son histoire. La forme associative a été choisie, entre autres, en absence de structures plus adaptées à la création d’archives pérennes pour la recherche : les laboratoires universitaires ont notamment un cycle de vie quinquennal qui suppose, avec leur dissolution, un risque de disparition de ce type de structures. De ce point de vue, la forme associative a été bénéfique. Elle a aussi permis de mener de front une activité indissociablement scientifique, pédagogique et artistique/culturelle ; mais elle a aussi été source de très nombreuses difficultés au cours de son existence, liées notamment à sa fragilité financière et à son régime privé aux côtés d’une institution publique. La labellisation de ce fonds par CollEx-Persée doit donc être interprétée également comme une légitimation sinon des voies choisies, du moins des résultats auxquels elles ont conduit. Les participants du groupe ont donc pris connaissance de ces analyses et de la nécessité de porter attention à ce que l’association Éditions Incertain Sens ne soit pas – paradoxalement – mise en péril au moment même où le label CollEx en reconnaît l’importance pour la recherche académique.