Entretiens menés autour des campagnes de numérisation de différentes structures

Entretiens menés par Aurélie Noury auprès de :

FRAC Bretagne (Rennes) > 21 janvier 2021
Carolina Pineda, Documentaliste

Archives de la Critique d’art (Rennes) > 28 janvier 2021
Laurence Le Poupon, Chargée des archives

Rennes 2 (Rennes) > 8 février 2021
William Diakité, Doctorant en Arts plastiques (Structuration de collection et Modèle d’Analyse de la Critique d’art)

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (Rennes) > 18 février 2021
Jean-Yves Le Clerc, Conservateur du patrimoine

Fanzinothèque (Poitiers) > entretien mené par mail par Alexandrine Bonoron, janvier 2021
Marie Bourgoin, documentaliste
Gregor Martin, documentaliste-numérisation

Bibliothèque Kandinsky (Paris) > à venir
Victor Guégan, Responsable des imprimés contemporains

Bibliothèque nationale de France (Paris) > à venir
Cécile Pocheau-Lesteven, Chargé de collections : estampes XXe et XXIe siècles

Liste des questions :

1- Quel type de documents numérisez-vous et pour quels usages ?

2- Quand cette campagne a-t-elle démarré ?

3- Quel matériel utilisez-vous pour la numérisation (modèle du scanneur, quels autres appareils ? Caméra, appareil photo, etc. ?)

4- Avez-vous déjà privilégié un appareil plutôt qu’un autre en fonction de la nature de l’objet à numériser ?

5- En quel format numérisez-vous ? JPEG, PDF, TIFF ? Et en quelle résolution ?

6- Numérisez-vous vos documents une fois en HD puis obtenez-vous des résolutions plus basses via Photoshop ou numérisez-vous plusieurs fois aux résolutions souhaitées ?

7- Comment nommez-vous vos fichiers ?

8- Quels traitements particuliers appliquez-vous sur les images ?

9- Comment procédez-vous avec les supports sonores et vidéo ?

10- Avez-vous recours à l’océrisation ?

11- Quelles solutions techniques avez-vous privilégiées pour les documents hors formats ? Les boîtes au contenu hybride ? Les Flip Books ? Les livres à systèmes ?

12- Vos choix techniques de numérisation sont-ils dépendants du type de publics concerné?

13- Avez-vous déjà renoncé à numériser un document pour des raisons techniques ? Par exemples des emboitages complexes ou des livres sensoriels ?

14- Comment construisez-vous les métadonnées relatives aux documents numérisés, selon une grille ou au cas par cas ?

15- Quelles autorisations demandez-vous aux auteurs ? Aux éditeurs ?

16- Cela fait-il l’objet d’un contrat ? Papier ou numérique ? Pour combien de temps ?

17- Adaptez-vous vos contrats pour les artistes étrangers ?

18- Certains auteurs se sont-ils opposés à la numérisation de leurs pièces ?

19- Comment procédez-vous en cas d’auteurs multiples ?

20- Avez-vous associé les auteurs à vos opérations de numérisation ?

21- Quel regard portez-vous sur les fonds de publications d’artistes numérisés ? Avez-vous d’autres lieux/expériences en tête ?

22- Quelles fonctionnalités permises par le numérique peuvent servir l’œuvre à votre avis ? Pensez-vous que cela est souhaitable ?

23- Avez-vous des retours d’usagers ?

Réponses en cours

À propos de la numérisation de la collection de la Fanzinothèque de Poitiers

Par Alexandrine Bonoron
Échange par e-mail avec Marie Bourgoin, documentaliste, et Gregor Martin, documentaliste-numérisation à la Fanzinothèque

Point de départ de la numérisation

La Fanzinothèque procède depuis longtemps à la réalisation de dossiers de documentations thématiques à la demande des usagers, moyennant une rétribution pour le prix des photocopies et du port. Or certains documents, très sollicités, se dégradaient rapidement à force d’être photocopiés, il importait donc de pouvoir mener de front la préservation du document et sa diffusion.

Ce projet de numériser les fanzines a été mûrement réfléchi avec Paulien Lemoine, qui a élaboré le protocole en 2012-2013 avec les recommandations en vigueur : format, encodage etc., et a procédé à la première campagne de numérisation des grands formats. Paulien a suivi la formation universitaire Master NTIC (nouvelles technologies de l’information) de l’Université de Poitiers, sa formation le mettait en relation avec la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société. C’est donc grâce à lui que la Fanzinothèque a pu créer un partenariat avec cette institution, afin, notamment, d’avoir accès aux scanners.

Dans un premier temps, la numérisation concernait les fanzines de grand format (A3 et plus) que la Fanzinothèque ne pouvait numériser auparavant, ainsi qu’un corpus d’œuvres rendues fragiles par le temps et les prêts (les fanzines les plus anciens et/ou les plus fragiles). Cette première campagne de numérisation s’est effectuée sur deux ans, à raison de cinq matinées par semaine. La deuxième campagne de numérisation, qui se poursuit actuellement à raison d’une matinée par semaine, concerne le reste du fonds, moins fragile. Aujourd’hui, la numérisation se concentre sur les années 1980 et 1990. La Fanzinothèque spécifie l’état d’avancement de la numérisation dans son rapport d’activité annuel, et travaille toujours à cette numérisation en partenariat avec la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers.

Intérêts de la numérisation

Outre le principal intérêt de la numérisation, qui est de permettre la conservation des ouvrages les plus anciens, souvent abîmés et fragiles, dans le cas où ils continueraient à se dégrader (mais les nouveaux locaux sont cependant plus adaptés à la conservation), la numérisation permet également la mise en ligne de la collection dite « ancienne » (les années 1980 et 1990), qui intéresse souvent le public de chercheurs (universitaires, journalistes, étudiants). Cette mise en ligne leur permet de travailler à distance, et évite toute manipulation superflue des documents les plus fragiles.

Cela concerne bien sûr aussi le public de passionnés. La mise en ligne permet également de toucher plus de publics, d’ouvrir la collection et d’augmenter le nombre de projets auxquels le fonds participe. De plus, avec les confinements, apparaissent de plus en plus d’expositions virtuelles, renforçant une tendance que l’on remarquait déjà. Certaines expositions ou événements s’appuient de plus en plus sur le numérique, comme récemment, une exposition de fanzines sur tablettes numériques à la médiathèque de Tours, en septembre 2020 (pensée dans cette optique avant l’apparition de la pandémie). Il y a donc de fortes probabilités pour que la Fanzinothèque soit de plus en plus sollicitée pour cet aspect.

Enfin, la numérisation permet à la Fanzinothèque de s’intégrer à des projets nouveaux, car de nombreux créateurs et/ou passionnés expriment le désir de créer des collections virtuelles. Par exemple, le projet Graphzone, monté par Éric Heilmann, auquel la Fanzinothèque va contribuer, propose la mise en ligne des graphzines de l’époque Dernier Cri et affiliés. Un autre exemple est l’apparition du nouveau standard d’images web IIIf[1], visant à mettre en ligne des collections d’images en très haute qualité, avec beaucoup de nouvelles fonctionnalités[2], et dont l’intérêt premier est la potentielle mise en commun de collections dispersées dans le monde et réunies virtuellement (un projet très complet et donc complexe). Mais les projets actuels autour de ce format s’appuient sur des images appartenant au domaine public, et posent la question des droits d’auteurs, ce qui intéresse la Fanzinothèque.

La question des droits d’auteurs

Cette question dépend de l’usage que l’on fait des images. S’il s’agit simplement de conservation, la Fanzinothèque ne demande pas de permissions spécifiques, mais pour mettre en ligne, la situation est différente. Les fanzines connaissent également des problèmes particuliers : les auteurs écrivent souvent sous pseudonymes, ne sont pas toujours joignables (absence d’adresses de contact, ou contacts périmés pour le fonds ancien), ou n’ont pas forcément continué leurs activités de fanzinat, etc. Dans certains milieux (comme les zines musicaux et militants), la reproduction du zine est encouragée et dans d’autres, comme les zines de BD et les graphzines, l’inverse se produit. Cependant, on constate un changement de mentalités de ce côté. La Fanzinothèque fait donc le maximum en fonction des éléments disponibles : s’il est possible de demander l’autorisation, la Fanzinothèque le fait (normalement, avec une obtention facile), sinon la décision est prise de manière réfléchie. Par exemple, s’il s’agit de BD des années 1990-2000, la mise en ligne sans autorisation est impossible, mais s’il s’agit du fonds musical des années 1980-1990, la Fanzinothèque peut se passer d’autorisation. En effet, les fanzines musicaux de ces années en particulier, s’appuient sur des images et textes parus dans des magazines « officiels », la création vient alors du détournement de ces supports, détournement n’ayant lui-même pas donné lieu à une demande d’autorisation. Pour les périodes ultérieures, elle essaye de demander une autorisation, parce qu’il est souvent plus facile de retrouver les auteurs. Et si ces derniers demandent le retrait des images, la Fanzinothèque s’exécute, mais l’inverse se produit le plus souvent (des auteurs réclament la numérisation, ou sont ravis de celle-ci).

Les aspects techniques de la numérisation

Les protocoles de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société sont assez libres. Ils dépendent de la nature et de la quantité de documents à numériser, mais surtout de l’usage qui en sera fait (études, publications, documentation, …), et de qui s’en charge. Le dispositif (un scanner spécifiquement conçu pour la numérisation de livres grands formats) permet essentiellement de régler la résolution, la nomenclature et la destination des fichiers pour le classement. La MSHS s’occupe surtout de veiller au bon fonctionnement et au bon usage du matériel. Le reste du protocole est à la charge des utilisateurs.

La numérisation s’effectue en format JPEG, avec une très haute résolution de 400 dpi, à partir de laquelle, après traitement effectué sous un logiciel de traitement d’images (recadrage essentiellement), Gregor crée d’autres fichiers en JPEG et PDF, en basse résolution (90 dpi).

La Fanzinothèque tient à jour deux fichiers Excel pour suivre en général et dans le détail l’évolution du catalogage, de la numérisation et de la mise en ligne, en utilisant un système de nomenclature standardisé (fanzine_année-création_date-sortie-numéro_numéro_page), et a mis au point son propre protocole de traitement des images (différents formats et résolutions pour l’archivage patrimonial, l’archivage documents originaux, les vignettes ou les PDF). Cela lui permet de suivre au plus près l’évolution du projet de numérisation : combien de zines ou de pages numérisés par année, combien de zines mis en ligne sur le catalogue en ligne de la Fanzino, et de répondre aux besoins des usagers (images en bonne résolution pour publications, consultation simple, etc.).

Pour les dimensions inhabituelles, la Fanzinothèque n’est pas (encore) vraiment concernée dans la mesure où ce type de formats se trouve surtout dans le fonds récent. Mais la question risque de se poser un jour, les versions numériques étant de plus en plus sollicitées. Par exemple, la Fanzinothèque participe depuis le mois de novembre à une exposition virtuelle, sur le féminisme et la BD (à l’Espace Mendès-France de Poitiers, exposition intitulée « Vivantes nous nous voulons »), pour laquelle il a fallu numériser des zines féministes récents (avec autorisations des auteures). Initialement, le choix du commissaire d’exposition s’était porté sur de nombreux formats différents, donc se posait alors la question de leurs numérisations. Mais finalement, la liste des zines retenus pour l’exposition virtuelle s’est réduite au fil de la construction de celle-ci, et seuls les zines au format classique ont été retenus. Marie et Gregor n’ont donc pas encore réellement expérimenté la question de numérisation des formats inhabituels, mais ils reconnaissent qu’il faudra bien trouver des solutions techniques (photos plutôt que scans ? Désassemblage du zine ? Solutions à trouver au cas par cas, etc.). Marie a déjà dû prendre en photo un zine en volume, donc impossible à scanner, mais la qualité du résultat n’a pas justifié sa mise en ligne. Au début de la numérisation du fonds, le photocopieur/scanner de la Fanzinothèque pouvait être suffisant pour la numérisation de fanzines aux formes simples (le plus souvent, un A4 plié en deux), et facile à ouvrir et manipuler (agrafes reliant les feuilles pliées en leurs milieux). Mais lorsque le fanzine est agrafé sur le côté, assemblage fréquent pour les plus anciens fanzines, la numérisation s’avérait plus délicate : les parties centrales du fanzine devenaient illisibles, et écraser le fanzine sur la vitre du scanner entraînait une détérioration. Un désagrafage du fanzine était alors effectué, l’agrafe originale étant ensuite remise dans ses trous, une action longue et fastidieuse.

Le désassemblage était donc une solution envisagée, notamment pour les fanzines endommagés, mais le scanner de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, conçu spécifiquement pour des numérisations délicates, permet la plupart du temps d’éviter cette option. Dans les cas où cela s’avère malgré tout nécessaire, cela consiste à désagrafer minutieusement à l’aide d’un outil spécifique les quelques pages (rarement plus de 30 pour ce fonds) et à les réagrafer ensuite, cela n’est donc techniquement pas trop exigeant. Les formats inhabituels se retrouvant plutôt dans le fonds graphique plus récent, donc a priori pas concerné par la numérisation, la question ne s’est pas encore posée.

Le signalement de la collection dans le SUDOC

Le signalement dans le SUDOC devrait permettre aux universitaires d’accéder au catalogue de la Fanzinothèque via ce portail de recherches. Après vérification, la Fanzinothèque est  référencée, les fanzines et quelques ouvrages théoriques, mais si peu que ce signalement reste confidentiel. La Fanzinothèque ne sait pas si les quelques universitaires et étudiants qu’elle accueille passent par ce signalement ou non, mais Gregor a plutôt l’impression que l’information se fait par le bouche à oreille. Apparemment, le fonctionnement doit passer par un module de PMB qui n’est pas installé, activé, ou accessible. Dés lors, c’est seulement le lieu qui est signalé et non la collection, ce qui n’est d’aucun soutien pour la Fanzinothèque si elle n’est pas déjà identifiée par les chercheurs. PMB est un système libre intégré de gestion de bibliothèque permettant de mettre un catalogue en ligne complet et pratique, très utilisé par des structures de tailles variées.

Conclusion

Nous pouvons donc constater que des numérisations de fonds d’éditions d’artistes sont déjà entreprises en France, mais que ces numérisations engendrent des questions techniques. La numérisation du fonds de la Fanzinothèque de Poitiers est une initiative intéressante pour le développement des raisonnements du CLA++, dans le sens où cette numérisation ne concerne que des formats dits classiques, pour laquelle des solutions techniques ont déjà été expérimentées, mais ne concerne pas encore des formats, reliures, papiers, impressions, inhabituels. Le CLA++ n’en est que d’autant plus important afin d’apporter des réponses techniques claires à des problèmes rencontrés par les professionnels des bibliothèques, musées et autres structures. La Fanzinothèque se montre déjà intéressée par ces réponses, car elle souhaite apporter plus de visibilité à la collection en ligne. De plus, ces réponses techniques pourront être profitables aux nombreuses expositions virtuelles à venir, dans le but de faciliter l’accès numérique à des fonds méconnus du public.


[1] IIIF est une communauté définissant un cadre international pour favoriser l’interopérabilité des images. IIIF désigne à la fois un consortium et un ensemble de logiciels fournissant des APIs.

[2] Nouvelles possibilités telles que le zoom ou la possibilité de comparer et d’annoter les images. L’intérêt de ce standard est donc de faciliter la réutilisation et l’étude des images, ce qui est en effet à interroger dans le cas de la numérisation d’œuvres d’art.