Chronique : 11 mars 2021

Réunion en visioconférence entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Aurélie Noury, Aurore Sorieux.

L’objet de la réunion d’aujourd’hui concerne la rédaction de la convention de cession de droits de reproduction dans le cadre du projet CLA++, à savoir la définition des modalités d’accès à leurs publications numérisées pour les artistes ayant accepté de contribuer au projet.

Outre des questions techniques de serveur et d’hébergement des fichiers pour 200 titres, ce qui peut vite produire des données volumineuses, ce sont les modalités d’accès à ces fichiers dont il a été question aujourd’hui.
Le projet de convention prévoit une mise à disposition permettant la seule consultation du fichier, sans possibilité de l’enregistrer. Est soulevée la question de savoir, dans le cadre de la mise à disposition des objets culturels, si cela ne peut pas être remis en cause dans la mesure où il ne s’agit pas de télécharger l’œuvre mais une reproduction de l’œuvre. Effectivement, l’œuvre c’est bien le livre, matériel, rangé sur les rayonnages du CLA et à feuilleter, mais la numérisation de celui-ci n’en est qu’une reproduction. Doit-on voir la même difficulté dans ce cas que dans celui, légitime, d’une dissémination non encadrée de l’œuvre?

Par ailleurs, il est pour l’instant prévu que l’artiste choisisse entre trois modalité d’accès possible à sa publication numérisée depuis la base du données du CLA :
1. Accès à la seule photo de couverture
2. Accès à l’intégralité sur demande
3. Accès à l’intégralité pour tous

Le choix 1 correspond au choix le plus fermé, n’autorisant en aucun cas la divulgation du fichier à qui que ce soit. La reproduction de la couverture est un minima pratiqué par la plupart des bibliothèques et par le CLA actuellement. Cela ne change rien à l’offre actuelle.
Le choix 2 accepte une communication suite à une demande de l’usager (les modalités restent à définir : formulaire, mail, etc.). Cela vise en particulier les chercheurs, étudiants, critiques, artistes, ainsi que cela se pratique dans de nombreuses structures documentaires et de recherche (les Archives de la critique d’art, la bibliothèque Kandinsky, etc.). Les modalités pour donner l’accès sont à définir en fonction du serveur d’accueil (mot de passe, temps de lecture limité?, etc.)
Le choix 3, le plus ouvert, donne à tous le droits d’accès, instantanément, aux fichiers numérisés.

À ce stade de la réflexion, les différences entre les choix 2 et 3 sont à examiner dans la mesure où une consultation sur demande peut être légitime dans le cas de données sensibles (données personnelles, secteur de la santé, secteur militaire, etc.). Dans la perspective de diffusion des objets culturels, le degré de la demande motivée peut être remis en question, proposant aux artistes seulement deux choix : l’accès total ou l’accès impossible, sans position intermédiaire qui pourrait embarrasser les usagers et devenir un obstacle à la connaissance portée par le projet.
Il a été décidé de s’entourer des artistes des éditions Incertain Sens pour les interroger sur cette question et intégrer leurs avis.

Chronique : 3 février 2021

Réunion en visioconférence entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Aurore Sorieux.

Nous démarrons avec cette séance les échanges autour des questions de catalogage de livres d’artistes.
Dans le cadre du projet CLA++, il est question d’établir un guide de catalogage, en s’appuyant sur les expériences déjà menées dans d’autres structures, sur les impératifs de certaines bases de données et sur l’idée d’une notice “idéale”, c’est-à-dire la plus précise possible et la mieux adaptée aux spécificités des publications d’artistes.

Un premier comparatif des notices de six structures est dans un premier temps établi à partir d’un même titre : Têtes ou Queues de Christophe Viart. Les structures choisies sont :
La BU de Rennes 2 (Sudoc)
Le Frac Bretagne (GColl 2)
Le CLA (WordPress)
La Bibliothèque Kandinsky
La Bibliothèque municipale de Lyon
Le Centre des livres d’artistes de Saint-Yrieix-la-Perche

Le comparatif concerne les champs suivants :
Titre, auteur(s), ville, éditeur, date, nombre d’exemplaires, langue du document, genre, description, résumé, isbn, cote, image, type d’acquisition, crédits, notes diverses.

Le projet consiste à constituer une notice idéale, comportant des champs complets et adéquats. Les livres d’artistes réclament des notices adaptées à leurs spécificités par rapport aux notices de livres (plus de champs techniques) et/ou d’œuvres plastiques (présence de l’éditeur, ou de l’ISBN par exemple). Il sera dans un second temps question d’étudier l’interopérabilité de la notice idéale avec les impératifs Sudoc et GColl.

Les discussions ont porté sur le ou les auteurs ce jour. Il a été décidé de conserver les consignes suivantes :
-Écrire en majuscules le nom de famille de l’auteur
-Écrire tout en majuscules pour les pseudonymes comme “ERNEST T.”
-Choisir de ne pas ajouter d’alias en cas de pseudonyme mais la question reste ouverte car l’intérêt de notre base est aussi d’avoir une valeur ajoutée par rapport aux autres. Sans doute faut-il associer les artistes à ces décisions.
-Ajouter sa date de naissance et de mort le cas échéant
-En cas de pseudonyme, le Sudoc met la date de naissance de l’auteur réel, GColl 2 indique le début de la période d’activité, ce qui est une bonne alternative. Si les alias sont indiqués, il apparait logique de renseigner la date de naissance de l’auteur.
-Ajouter son pays d’origine
-Établir une liste d’autorité pour les auteurs
-Ajouter des champs “Collaborateur”. Pour cela, il faut établir une liste de fonctions possibles : préfacier, traducteur, etc.
-Ajouter un champs pour le graphisme. Il nous parait important d’associer aujurd’hui cette fonction aux bases de livres d’artistes. Ne rien renseigner si c’est l’artiste, sinon ajouter le nom de l’inventeur de la forme graphique. Il faut associer de plus en plus les artistes pour connaitre les contextes de production des publications et être le plus précis possible.

Chronique : 9 décembre 2020

9 décembre 2020

Réunion en visioconférence entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Aurélie Noury, Dominique Wolf.

Travail sur la liste de typologies, élaborée par Aurélie Noury et soumise à la discussion.

Les échanges ont d’abord porté sur la façon de montrer les publications d’artistes afin que soient lisibles leur taille et leur épaisseur. Divers moyens sont à disposition, outre une règle posée systématiquement à côté de la publication donnée lors de la prise de vue, c’est en général le contexte qui est révélateur de l’échelle. On pourrait systématiser les prises de vue de la publication (livre, dépliant ou autre) tenue dans les mains du lecteur qui la manipule. Deux types de prise de vue pourraient ainsi être formalisées, montrant l’une la taille (vue de face), l’autre l’épaisseur (vue de la tranche).

Dans la discussion qui avançait au rythme des catégories se succédant, Béatrice a suggéré la possibilité de prévoir des versions de mise en ligne adaptées aux personnes en situation de handicap, et une discussion passionnante s’en est suivie, en découvrant un autre type de numérisation qu’il serait possible d’expérimenter dans le cadre du projet CLA++. En effet, les publications d’artistes sont un objet culturel, liées à des usages, à une culture, à un réseau de passionnés, etc. A jusqu’alors été pris en compte une numérisation montrant la publication (livre, classeur, etc.) en tant qu’objet, son contenu (texte et images), éventuellement la manipulation (vidéo ou 3D), etc. Or, il fait sens de « décrire » ces objets autrement, par exemple en lisant tel livre et en racontant les images qu’il comporte, en décrivant l’objet et ses fonctionnalité, etc. Bref, on peut présenter ce livre – et donc le numériser pour le mettre en ligne – à travers une lecture à haute voix accompagnée d’un récit de cette même lecture. Une telle présentation pourrait s’adresser par exemple aux personnes malvoyantes. Mais une même expérience pourrait être imaginée avec un enregistrement vidéo, où le récit complète les éléments que l’image ne peut véhiculer.

Outre la délimitation d’un nouveau champ expérimental à explorer, trois perspectives distinctes ont été identifiées lors de ces échanges :

–       une catégorie à ajouter à la liste des typologies, à savoir les livres dont la lecture en tant que performance fait partie intégrante du projet (certaines publications de poésie visuelle/sonore), éventuellement la lecture à haute voix par l’auteur-artiste lui-même, etc. ;

–       une présentation des publications d’artistes à l’attention des personnes en situation de handicap ;

–       une expérimentation avec une lecture racontée comme modalité inédite de numérisation et de mise en ligne.

Chronique : 2 décembre 2020

Réunion en visioconférence avec Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Gwénaëlle Patat, Aurore Sorieux, Dominique Wolf.

La suite des échanges sur le droit d’auteur et le modèle de contrat avec les auteurs-artistes, sur la base de modèles consultés, apporte des éléments nouveaux.

–       La durée de l’autorisation, qui – en principe – doit être limitée seulement par la fin de la possession de droits par la personne ou l’institution qui accorde l’autorisation (exemple : le décès de l’artiste). On admet dans notre cas que l’autorisation est donnée à titre gracieux, puisque la mise en ligne est une façon de valoriser le travail de l’auteur.

–       Dans le contrat que nous allons élaborer, il conviendra de distinguer une mise en ligne standard (notice et couverture – vérifier le statut juridique de la couverture) et la mise en ligne de la numérisation élargie qui est l’objet de nos recherches.

o   Démarrage du projet CLA++ : le guide n’existe pas encore. Il a été décidé que les auteurs-artistes publiés par les Éditions Incertain Sens reçoivent dès maintenant un courrier (déjà rédigé) les informant du travail de recherche qui aboutira à la numérisation de leur travail, demandant leur accord de principe et ouvrant la possibilité à un retour réflexif de leur part, relatif à la conception même de la numérisation de ce type d’œuvres.

o   Le guide existe déjà, et il est joint dès le premier courrier aux auteurs-artistes ; il est difficile de prévoir dès maintenant si leur autorisation définitive pourrait être donnée à ce stade sur la base du type de numérisation indiqué dans le guide, ou si – pour des raisons juridiques notamment – le contrat ne pourrait être signé qu’au moment où l’on pourrait y intégrer la description détaillée de la numérisation effectuée (voire du visuel qui doit en faire partie).

Une brève discussion a eu lieu sur deux nouvelles catégories à ajouter à la liste de typologies : « mises en abîme et trompe-l’œil », dont la pertinence ne fait pas de doute, et « catalogue » qui doit se fondre plutôt dans la catégorie plus générale du « livre », car sa spécificité (le fait que la publication accompagne une exposition) ne détermine rien de spécifique dans la perspective de la numérisation.

La séance s’est terminée par les échanges sur le statut épistémologique du guide de recommandations, objet central de CLA++. Le chantier de recherche qui mène à sa réalisation impliquera toute une série d’aspects et d’étapes, notamment :

–       le travail sur la liste des typologies donnant lieu au premier livrable,

–       l’étude des possibilités de numérisation élargie allant jusqu’à la 3D, etc.,

–       l’analyse des résultats, notamment à travers les expériences de la consultation et de la manipulation sur l’écran,

–       la transformation progressive de la liste des typologies en guide de numérisation, sous l’effet des expérimentations et des analyses des effets obtenus.

L’objectif de ces démarches croisées et circulaires est de parvenir à la valeur objective de ces recommandations, étant entendu que :

–       le champ de leurs applications est constitué – d’abord et principalement – par des fonds de livres et publications d’artistes, tels que celui du Cabinet du livre d’artiste ; la transposition de ces recommandations à d’autres types d’objets ou phénomènes culturels, à d’autres types de pratiques artistiques ou à d’autres fonds documentaires pourrait nécessiter un travail complémentaire spécifique ;

–       le guide comportera donc un certain nombre de maximes que seront les recommandations du guide portant sur les modalités les plus adéquates de numérisation selon le type de documents ; l’application de chacune de ces maximes à des objets singuliers (un livre, une brochure, une affiche, un dépliant, un leporello, etc.) fera à chaque fois l’objet d’une interprétation de la part des utilisateurs du guide, avec tout ce que cette opération peut envelopper de subjectif, voire d’arbitraire. Le guide indiquera seulement des situations indécidables où le choix du type de numérisation peut osciller entre plusieurs catégories. Le choix effectif par les utilisateurs du guide se fera donc en fonction de la nature de telle ou telle publication singulière.

Chronique : 25 novembre 2020

Réunion en visioconférence entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Gwénaëlle Patat, Aurore Sorieux.

Le droit d’auteur – dans toute sa complexité – a été au cœur des échanges. 

D’abord divers liens juridiques possibles ont été listés, liant le livre d’artiste (c’est-à-dire le livre comme œuvre) à divers ayants droit :

–       l’auteur-artiste / la succession

–       l’éditeur (si la publication n’est pas réalisée à compte d’auteur)

–       les sociétés d’auteurs qui le/les représentent (comme l’ADAGP)

–       les collections publiques ou privées ayant acquis l’œuvre

–       le photographe qui a réalisé les prises de vues.

Il existe des modèles de contrat autorisant les collections publiques à mettre en ligne les images d’œuvres qu’elles possèdent, notamment dans le cadre de Vidéomuseum. Il faut s’en inspirer, mais ils ne seront pas entièrement satisfaisants, car ce catalogue se limite à mettre en ligne les couvertures ou des fragments de livres (ou publications d’artistes), tandis que le projet CLA++ a pour l’objet la numérisation la plus adéquate du livre comme œuvre pour la mettre en ligne, et, par définition, ne se limite pas au droit de mettre en ligne la simple couverture.

Dans tous les cas de figure, dans le contrat :

–       il faut que l’artiste certifie qu’il jouit de la totalité des droits pour son œuvre,

–       que soient précisées les modalités de la représentation de la publication d’artiste concernée (voir la chronique précédente), à savoir la numérisation conforme aux recommandations du guide,

–       le type d’accès du public à la numérisation réalisée : chercheurs ou tout public, sur demande via un code d’accès fourni par le Cabinet du livre d’artiste ou en open access, intranet Rennes 2 ou www, usage pédagogique ou tout usage, sauf commercial (Creative Commons ?), etc.

Les numérisations conformes au guide de recommandations, qui sera l’aboutissement du projet CLA++, seront en rapport aux publications d’artistes, ce que la reproduction photographique est à la peinture.

Dans Métaphysique des mœurs (1795), (dans Œuvres philosophiques. III. Les derniers écrits, trad. J. et O. Masson, Paris, nrf/Gallimard, coll. «  Bibliothèque de la pléiade », 1986, p. 552), Emmanuel Kant introduit la distinction entre le livre comme « produit matériel de l’art (opus mechanicum) qui peut être imité (par celui qui se trouve légitimement en possession d’un exemplaire) » et le livre comme « discours de l’éditeur au public, que celui-ci n’a pas la permission de reproduire publiquement (preastatio operae) sans en avoir reçu mandat par l’auteur ». Cette distinction pourrait toujours être très utile pour définir l’usage personnel et l’usage public de la propriété intellectuelle, autrement dit le droit à la culture et à l’art en particulier, d’un côté, le droit d’auteur de l’autre. Cette distinction entre le livre comme objet d’usage et le livre comme œuvre intellectuelle a une dimension juridique, certes, qu’il faut maîtriser entièrement dans le cadre du projet CLA++, mais elle a aussi un enjeu lié au statut de l’art dans la société : pour les livres et autres publications d’artistes, dont le tirage peut attendre des milliers d’exemplaires (10.000 exemplaires du livre de Martin Parr publié par agnès b.), toutes les personnes qui ont acquis un exemplaire de la publication ont exactement le même droit à en jouir dans le cadre des usages privés : qu’ils soient personnes physiques (spectateurs/lecteurs de l’art) ou institutions (personnes morales), grands collectionneurs ou acquéreurs occasionnels, amateurs d’art ou professionnels de l’art, etc.

Contrairement aux œuvres uniques, les questions juridiques différencient les droits aux usages au-delà de la sphère privée ; il existe aujourd’hui des œuvres d’art, importantes pour les cultures et leurs histoire, qui ne sont accessibles ni au public ni aux chercheurs sous aucune forme, car enfermées dans le droit de propriété, ce qui ne fait que mettre en évidence les enjeux liés à la pratique des publications d’artistes. Quant aux recherches menées dans le cadre du projet CLA++, leur enjeu profond consiste notamment – en accord avec la philosophie de la science ouverte – à explorer la possibilité d’étendre leur accessibilité en tant que livres (et autres imprimés) à tout public par l’intermédiaire de la numérisation élargie, autrement dit : retranscrire les valeurs de la culture de l’imprimé dans le contexte de la numérisation des objets culturels. On remarque que dans le cas des publications d’artistes, la distinction privé/public intervient à différents niveaux de considérations.

Quelques questions à adresser aux juristes :

–       Avons-nous le droit (et si oui sur quoi il se fonde ?) de mettre en ligne les scannes de la couverture d’un livre se trouvant dans notre fonds ? Puisqu’on a le droit de produire la notice du livre, sur quoi se fonde-t-il ?

–       Clarifier la question juridique du double statut du livre : comme marchandise et objet d’usage et comme œuvre intellectuelle.

–       Comment formuler dans le contrat de travail le fait que la personne recrutée qui réaliserait des numérisations au sens large, impliquant photo, vidéos, 3D, etc. ne puisse revendiquer pour elle le droit d’auteur, et que l’institution-employeur en soit le propriétaire dans la mesure où ces numérisations sont réalisées dans le double cadre de ses missions et de la mise en ligne d’un fonds comme le nôtre ? Est-ce une cession de droit d’auteur (par exemple : pour la réalisation des scannes, y a-t-il une jurisprudence) ?

–       Le droit d’auteur aux États-Unis permet / implique la (possibilité de la) cession du droit moral sur l’œuvre ; si cela est vrai, comment cela s’applique-t-il aux publications d’artistes ? La possession d’un exemplaire, soit-il signé par l’artiste, ne différencie pas les droits d’une collection d’art et d’un individu ; un collectionneur américain pourrait-il acquérir le droit moral sur une publication d’artiste en vertu d’un contrat spécifique ? Si oui, quelle conséquence pour le traitement d’une telle publication dans le cadre d’une mise en ligne ?

Chronique : 18 novembre 2020

Réunion en visioconférence entre Leszek Brogowski, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Aurore Sorieux, Dominique Wolf. À partir de 12h15 : Françoise Cheminade et Isabelle Brémond de la DSI, et 12h45 Nicolas Thély.

La séance a porté sur la question des droits d’auteurs. Environ un quart de notre corpus est constitué des publications des Éditions Incertain Sens. Le catalogue de celles-ci compte environ 80 publications, pour lesquelles les droits d’auteurs sont partagés entre l’éditeur et les artistes. La grande diversité de ces publications, dont la parution s’étale sur plus de 20 ans, permet d’alimenter un certain nombre de catégories de la liste des typologies, déjà relativement stabilisée, même si elle a vocation à évoluer au rythme de la recherche (exemple des derniers ajouts : les livres-mises-en-abîme). Pour pouvoir mettre en ligne l’intégralité d’un livre ordinaire, il faut un double accord de l’auteur et de l’éditeur ; c’est en quelque sorte l’accord de principe. Or, le cœur du projet CLA++ consiste à élaborer un guide de méthodes de numérisation adaptées aux livres spécifiques que sont les livres d’artistes (et autres publications d’artistes) : à la fois livres ordinaires et œuvres/projets d’art. Ces méthodes doivent être inventives pour remédier à tous les pans de la réalité du livre d’artiste que la numérisation standard efface, supprime ou rend muet. Une telle numérisation va potentiellement au-delà d’une simple mise en ligne d’un fichier PDF, et nécessite un accord spécifique de l’auteur-artiste pour telle numérisation concrète. En conséquence, il faut travailler sur la rédaction d’un modèle de contrat qui tient compte de ce travail de recherche et d’invention d es modalités de numérisation les mieux adaptées à chaque catégorie de la liste de typologies. Une telle convention , qui ne peut être signée qu’après une numérisation qui suit les consignes du guide (qui à son tour s’appuient sur les expérimentations menées dans le cadre de Cabinet du livre d’artiste++) doit – outre le descriptif précis des modalités de numérisation – comporter aussi l’accord explicite sur les modalités d’usages : usage pédagogique, usage recherche, usage de valorisation auprès du grand public, ce qui implique le paramétrage spécifique de la mise à disposition des ouvrages ainsi numérisés.

Les auteurs-artistes sélectionnés dans le corpus – parmi les auteurs des Éditions Incertain Sens – vont être informés du travail de recherche engagé par rapport à leurs publications. Il leur sera demandé un accord de principe et, dans un second temps, pour déterminer jusqu’à quelle extension ils veulent bien rendre visible leur publication, on leur fera signer un contrat ou une convention. Il est donc également décidé de travailler sur le modèle d’un tel contrat/convention, ce qui implique :

1. interroger d’autres structures type Navigart pour connaître leurs modalités d’usage,

2. se renseigner si des modèles de ce type puissent être identifiés dans diverses institutions concernées, par exemple la plateforme HumaNum,

3. mobiliser la cellule juridique de Rennes 2 pour la rédaction définitive du contrat.

Cependant, il a été observé qu’entre l’accord de principe et l’accord définitif des artistes, leurs paroles pourrait être une plus-value scientifique et une contribution précieuse à l’élaboration du guide : de même qu’ils définissent la meilleure forme éditoriale de leurs publications, ils peuvent apporter un feed back intéressant et original sur la meilleure forme de numérisation pour leur ouvrage , ce retour contribu ant à la construction des solutions recherchées dans le cadre du projet CLA ++.

Chronique : 5 novembre 2020

Réunion en visioconférence entre Aurélie Noury, Aurore Sorieux et Dominique Wolf

Aurore Sorieux est coordinatrice Sudoc (Système universitaire de documentation) et administratrice fonctionnelle du SIGB à l’Université Rennes 2. La réunion d’aujourd’hui vise à s’interroger sur l’interopérabilité de la base de données du CLA avec le Sudoc.

Après une rapide présentation du fonds du CLA, il est fait état de sa base de données, aujourd’hui hébergée sur WordPress et du contenu d’une notice type1.

On s’interroge sur la préparation du catalogage pour intégrer un catalogue commun tel que le Sudoc2 et sur les attentes de l’Abes dans le cadre d’un déploiement.

Nous évoquons la possibilité d’estampiller le fonds du CLA au sein du Sudoc via les données locales.

Pour Aurore Sorieux, le catalogage d’une publication d’artiste sous forme de livre ne pose pas de problème. Certaines difficultés pourraient en revanche se poser pour certains types de documents : les cartons d’invitation, tickets ou marque-pages par exemple qui a priori n’existent pas dans le Sudoc. La notion d’ephemera est soulevée quant à savoir si le terme peut être plus adapté pour le Sudoc. Idem pour les boîtes ou insert.

Il serait, à ce stade, intéressant de se rapprocher de certaines BU proposant des livres d’artistes dans leur catalogue, comme celle de Saint-Étienne.

Deux solutions sont à l’étude pour les fonds du CLA : une rétroconversion, qui sous-entend de saisir à nouveau le catalogage de tout le fonds, ou bien une extraction depuis la base WordPress.

Une première étape de travail consistera à lancer un calcul du taux de recouvrement via l’application ITEM de l’Abes pour identifier les notices déjà existantes. Aurélie Noury rappelle qu’au moins 60% des livres du fonds ont un ISBN, ce qui est prometteur pour effectuer ce test.

Se pose la question de la cotation : si le fonds du CLA intègre le Sudoc, faudra-t-il en changer ? Cela n’est pas imposé par l’Abes. Les données d’exemplaires sont spécifiques.

Il apparaît nécessaire d’établir une grille de catalogage pour les publications d’artistes, pouvant servir de première mouture au guide de catalogage à rédiger dans le cadre du projet CLA++. Le niveau de détail des notices dépend de la qualité qu’on veut leur donner. L’ABES impose des données minimales : auteur(s), titre, éditeur, date, ISBN si présent, l’obligation de créer une notice d’autorité de l’auteur si elle n’existe pas et d’apporter au moins une entre Rameau.

  1. Cette dernière renseigne le ou les auteurs, la ou les villes d’édition, le ou les éditeurs, la date de parution, le nombre de pages, le type de reliure, le type d’impression, le format, une description, l’ISBN, la cote, un ou plusieurs mots-clés, un visuel de la couverture []
  2. Le Sudoc est un catalogue partagé régi par un format (Unimarc), des règles de catalogage et un travail en réseau. []

Chronique : 21 octobre 2020

Réunion à la MSHB entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Gwenaëlle Patat, Dominique Wolf

La séance est entièrement consacrée au paramétrage du carnet Hypothèses dédié au projet CLA++ : le paramétrage est guidé par Morgane Mignon, qui apporte des éléments de formation à l’ensemble de l’équipe. Ce carnet vise à faire état des recherches en cours dans le cadre du projet. Deux types de publications seront régulièrement mis en ligne : d’une part, des articles rangées sous la catégorie “Chronique” pour rendre compte des réflexions portées pendant nos réunions de travail et, d’autre part, des contributions de recherche (catégorie “Billets de recherche”) concernant les différents niveaux d’élaboration du projet : définitions, numérisation, travaux sur la base de données et le signalement, etc.

Chronique : 7 octobre 2020

Réunion au CLA entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Gwenaëlle Patat, Dominique Wolf

Une longue discussion s’engage sur la nature et l’histoire du fonds du CLA : comment s’est-il constitué ? Quel est sont statut ? Comment est-il géré ? Quel est son avenir ? En effet, la labellisation du fonds “CollEx” en 2018 est un événement majeur dans l’histoire du CLA – la reconnaissance de son importance pour les chercheurs comme un fonds documentaire –, mais elle n’efface pas son histoire complexe et à rebondissements, ni ne résout immédiatement ses difficultés inhérentes et structurelles, bien qu’elle aide à poser les bases des solutions à venir et en indique les orientations.

Depuis sa naissance en 2006, le CLA a toujours été étroitement lié au laboratoire de recherche en Arts plastiques de l’université Rennes 2, et a bénéficié du soutien d’autres composantes de l’université, mais il est l’émanation des activités de l’association Éditions Incertain Sens (IncS), fondée en 2000. Les missions de celle-ci sont définies dans ses statuts de la manière suivante : elle “a pour but la publications de livres d’artistes et leur distribution, ainsi que le soutien aux projets relatifs à la présence du livre d’artiste dans la culture éditoriale et artistique”. En réalisant ces missions, IncS et le CLA ont acquis une place dans un réseau d’acteurs, englobant tous les continents. Ce réseau est composé d’artistes, d’éditeurs aux statuts différents, de libraires et collectionneurs, de critiques d’art et de chercheurs d’autres disciplines, d’étudiants, donc les doctorants, de lecteurs et libraires, de bibliothécaires et documentalistes, etc. : tous passionnés du livre ou de l’imprimé d’artiste.

Deux tiers du fonds sont constitués par dons ou échanges (la “monnaie” de ces échanges, ce sont les 150 publications du catalogue des IncS : livres d’artistes, Sans niveau ni mètre. Journal du Cabinet du livre d’artiste, collection “Grise. Recherches sur les publications d’artistes”, etc.) et seuls 15% environ sont acquis au travers d’achats réguliers. C’est la particularité du fonds du CLA, à la fois son intérêt et sa différence spécifique par rapport à d’autres fonds de livres d’artistes : il documente un phénomène en cours, phénomène artistique et éditorial, à caractère en partie populaire (éditions à compte d’auteur, statut informel d’éditeurs, les fanzines d’artistes, etc.) et de dimension internationale. Ce fonds d’archives existe, d’une part, grâce à la participation de l’équipe qui l’anime aux pratiques du livre d’artiste, et, d’autre part, aux activités de recherche qui en ont motivé en grande partie la création dans le contexte universitaire.

Versant des IncS, le CLA conditionne donc la recherche sur les publications d’artistes, dont la méthodologie repose sur l’observation participante, dont il est une variante originale. Pour ne donner qu’une illustration, la prochaine publication prévue dans le cadre de la collection “Grise”, Éditeurs de livres d’artistes (1960-1980), dirigée par une équipe sous la direction d’Anne Mœglin-Delcroix, contiendra des entretiens avec dix éditeurs historiques de livres d’artistes : John Armleder, Simon Cutts, herman de vries, Michel Durand-Dessert, Leif Eriksson, Guy Jungblut, Walther König, Yvon Lambert, Irmeline Lebeer-Hossmann, Hansjörg Mayer, Maurizio Nannucci et Maurizio Spatola.

Le label CollEx vient donc en reconnaissance d’un fonds documentaire spécifique que constitue le CLA, ce qui ne doit pas faire oublier que, comme toutes les archives, il a son histoire. La forme associative a été choisie, entre autres, en absence de structures plus adaptées à la création d’archives pérennes pour la recherche : les laboratoires universitaires ont notamment un cycle de vie quinquennal qui suppose, avec leur dissolution, un risque de disparition de ce type de structures. De ce point de vue, la forme associative a été bénéfique. Elle a aussi permis de mener de front une activité indissociablement scientifique, pédagogique et artistique/culturelle ; mais elle a aussi été source de très nombreuses difficultés au cours de son existence, liées notamment à sa fragilité financière et à son régime privé aux côtés d’une institution publique. La labellisation de ce fonds par CollEx-Persée doit donc être interprétée également comme une légitimation sinon des voies choisies, du moins des résultats auxquels elles ont conduit. Les participants du groupe ont donc pris connaissance de ces analyses et de la nécessité de porter attention à ce que l’association Éditions Incertain Sens ne soit pas – paradoxalement – mise en péril au moment même où le label CollEx en reconnaît l’importance pour la recherche académique.

Chronique : 30 septembre 2020

Réunion au CLA entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Dominique Wolf

Le travail porte sur les deux systèmes de signalement qui sont dans l’optique du projet CLA++ (portant le sous-titre “Vers une interopérabilité des bases documentaires”) : Sudoc – le catalogue collectif des bibliothèques universitaires, et Videomuseum – le catalogue collectif d’une cinquantaine de collections d’art moderne et contemporain en France. Étant donnée la nature du livre d’artiste – à la fois livre ordinaire comme objet d’usage et œuvre ou projet d’art – l’objectif de notre travail sur la numérisation et sur la base de données serait idéalement de rendre celles-ci accessibles à partir des deux systèmes de catalogage. Le projet CLA++ en explore la faisabilité, les contraintes et les perspectives.

La taxinomie du Sudoc se limite pratiquement à deux catégories pour identifier les documents correspondant au fonds du CLA : “art” et “livre d’art”, ce dernier terme porte d’ailleurs des connotations trompeuses dans les discours spécialisés sur les publications d’artistes, car il suggère les références aux livres de peintre, livre de bibliophilie, etc., qui “tirent” la pratique du livre vers les pratiques de l’art, alors que le livre d’artiste “tire” les pratiques de l’art vers la culture du livre : pas de signature de l’artiste, sauf à dédicacer un ouvrage, pas de numérotation d’exemplaires, pas limitation d’office du tirage, pas de prix relevant de la logique l’économie (fétichistes) de l’art, etc.

La typologie du Vidéomuseum est beaucoup plus proche de celle qui est l’objet du projet CLA++ ; elle est détaillée et adaptées aux œuvres contemporaines, dont les œuvres imprimés de diverses natures, et à ce titre utilisée notamment pour le signalement du fonds de livres d’artistes du FRAC1. Nous devons donc tenir compte du guide de catalogage de Vidéomuseum, mais l’expérience d’une quinzaine d’années du CLA est la plus adéquate au signalement des publications d’artistes (au sens admis dans notre projet). Aussi sera-t-il nécessaire de comparer des schémas de métadonnées, de procéder au “métadonnées mapping”, et ce sur différents plan et niveau de réflexion.

Une décision est prise d’échanger avec les responsables du Sudoc du SCD de Rennes 2 et prendre un RDV avec les responsables du catalogue Vidéomuseum.

  1. Leszek Brogowski, « L’art au contact du livre. Publications d’artistes au FRAC Bretagne », dans La Collection 1997-2011. FRAC Bretagne, Montreuil-sous-bois, Lienart, Rennes, Frac Bretagne, 2012, p. 47-53. []