Chronique : 11 mars 2021

Réunion en visioconférence entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Aurélie Noury, Aurore Sorieux.

L’objet de la réunion d’aujourd’hui concerne la rédaction de la convention de cession de droits de reproduction dans le cadre du projet CLA++, à savoir la définition des modalités d’accès à leurs publications numérisées pour les artistes ayant accepté de contribuer au projet.

Outre des questions techniques de serveur et d’hébergement des fichiers pour 200 titres, ce qui peut vite produire des données volumineuses, ce sont les modalités d’accès à ces fichiers dont il a été question aujourd’hui.
Le projet de convention prévoit une mise à disposition permettant la seule consultation du fichier, sans possibilité de l’enregistrer. Est soulevée la question de savoir, dans le cadre de la mise à disposition des objets culturels, si cela ne peut pas être remis en cause dans la mesure où il ne s’agit pas de télécharger l’œuvre mais une reproduction de l’œuvre. Effectivement, l’œuvre c’est bien le livre, matériel, rangé sur les rayonnages du CLA et à feuilleter, mais la numérisation de celui-ci n’en est qu’une reproduction. Doit-on voir la même difficulté dans ce cas que dans celui, légitime, d’une dissémination non encadrée de l’œuvre?

Par ailleurs, il est pour l’instant prévu que l’artiste choisisse entre trois modalité d’accès possible à sa publication numérisée depuis la base du données du CLA :
1. Accès à la seule photo de couverture
2. Accès à l’intégralité sur demande
3. Accès à l’intégralité pour tous

Le choix 1 correspond au choix le plus fermé, n’autorisant en aucun cas la divulgation du fichier à qui que ce soit. La reproduction de la couverture est un minima pratiqué par la plupart des bibliothèques et par le CLA actuellement. Cela ne change rien à l’offre actuelle.
Le choix 2 accepte une communication suite à une demande de l’usager (les modalités restent à définir : formulaire, mail, etc.). Cela vise en particulier les chercheurs, étudiants, critiques, artistes, ainsi que cela se pratique dans de nombreuses structures documentaires et de recherche (les Archives de la critique d’art, la bibliothèque Kandinsky, etc.). Les modalités pour donner l’accès sont à définir en fonction du serveur d’accueil (mot de passe, temps de lecture limité?, etc.)
Le choix 3, le plus ouvert, donne à tous le droits d’accès, instantanément, aux fichiers numérisés.

À ce stade de la réflexion, les différences entre les choix 2 et 3 sont à examiner dans la mesure où une consultation sur demande peut être légitime dans le cas de données sensibles (données personnelles, secteur de la santé, secteur militaire, etc.). Dans la perspective de diffusion des objets culturels, le degré de la demande motivée peut être remis en question, proposant aux artistes seulement deux choix : l’accès total ou l’accès impossible, sans position intermédiaire qui pourrait embarrasser les usagers et devenir un obstacle à la connaissance portée par le projet.
Il a été décidé de s’entourer des artistes des éditions Incertain Sens pour les interroger sur cette question et intégrer leurs avis.

Entretiens menés autour des campagnes de numérisation de différentes structures

Entretiens menés par Aurélie Noury auprès de :

FRAC Bretagne (Rennes) > 21 janvier 2021
Carolina Pineda, Documentaliste

Archives de la Critique d’art (Rennes) > 28 janvier 2021
Laurence Le Poupon, Chargée des archives

Rennes 2 (Rennes) > 8 février 2021
William Diakité, Doctorant en Arts plastiques (Structuration de collection et Modèle d’Analyse de la Critique d’art)

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (Rennes) > 18 février 2021
Jean-Yves Le Clerc, Conservateur du patrimoine

Fanzinothèque (Poitiers) > entretien mené par mail par Alexandrine Bonoron, janvier 2021
Marie Bourgoin, documentaliste
Gregor Martin, documentaliste-numérisation

Bibliothèque Kandinsky (Paris) > à venir
Victor Guégan, Responsable des imprimés contemporains

Bibliothèque nationale de France (Paris) > à venir
Cécile Pocheau-Lesteven, Chargé de collections : estampes XXe et XXIe siècles

Liste des questions :

1- Quel type de documents numérisez-vous et pour quels usages ?

2- Quand cette campagne a-t-elle démarré ?

3- Quel matériel utilisez-vous pour la numérisation (modèle du scanneur, quels autres appareils ? Caméra, appareil photo, etc. ?)

4- Avez-vous déjà privilégié un appareil plutôt qu’un autre en fonction de la nature de l’objet à numériser ?

5- En quel format numérisez-vous ? JPEG, PDF, TIFF ? Et en quelle résolution ?

6- Numérisez-vous vos documents une fois en HD puis obtenez-vous des résolutions plus basses via Photoshop ou numérisez-vous plusieurs fois aux résolutions souhaitées ?

7- Comment nommez-vous vos fichiers ?

8- Quels traitements particuliers appliquez-vous sur les images ?

9- Comment procédez-vous avec les supports sonores et vidéo ?

10- Avez-vous recours à l’océrisation ?

11- Quelles solutions techniques avez-vous privilégiées pour les documents hors formats ? Les boîtes au contenu hybride ? Les Flip Books ? Les livres à systèmes ?

12- Vos choix techniques de numérisation sont-ils dépendants du type de publics concerné?

13- Avez-vous déjà renoncé à numériser un document pour des raisons techniques ? Par exemples des emboitages complexes ou des livres sensoriels ?

14- Comment construisez-vous les métadonnées relatives aux documents numérisés, selon une grille ou au cas par cas ?

15- Quelles autorisations demandez-vous aux auteurs ? Aux éditeurs ?

16- Cela fait-il l’objet d’un contrat ? Papier ou numérique ? Pour combien de temps ?

17- Adaptez-vous vos contrats pour les artistes étrangers ?

18- Certains auteurs se sont-ils opposés à la numérisation de leurs pièces ?

19- Comment procédez-vous en cas d’auteurs multiples ?

20- Avez-vous associé les auteurs à vos opérations de numérisation ?

21- Quel regard portez-vous sur les fonds de publications d’artistes numérisés ? Avez-vous d’autres lieux/expériences en tête ?

22- Quelles fonctionnalités permises par le numérique peuvent servir l’œuvre à votre avis ? Pensez-vous que cela est souhaitable ?

23- Avez-vous des retours d’usagers ?

Réponses en cours

Typologie des publications d’artistes

Par Aurélie Noury (Rennes 2), Leszek Brogowski (Rennes 2)

et l’équipe du projet :
Marie Boivent (Rennes 2), Alexandrine Bonoron (Rennes 2), Laurence Corbel (Rennes 2), Béatrice Lamarque (Frac Bretagne), Morgane Mignon (MSHB), Gwenaëlle Patat (MSHB), Aurore Sorieux (Rennes 2), Dominique Wolf (Rennes 2).

Document consultable sur HAL

Chronique : 9 décembre 2020

9 décembre 2020

Réunion en visioconférence entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Aurélie Noury, Dominique Wolf.

Travail sur la liste de typologies, élaborée par Aurélie Noury et soumise à la discussion.

Les échanges ont d’abord porté sur la façon de montrer les publications d’artistes afin que soient lisibles leur taille et leur épaisseur. Divers moyens sont à disposition, outre une règle posée systématiquement à côté de la publication donnée lors de la prise de vue, c’est en général le contexte qui est révélateur de l’échelle. On pourrait systématiser les prises de vue de la publication (livre, dépliant ou autre) tenue dans les mains du lecteur qui la manipule. Deux types de prise de vue pourraient ainsi être formalisées, montrant l’une la taille (vue de face), l’autre l’épaisseur (vue de la tranche).

Dans la discussion qui avançait au rythme des catégories se succédant, Béatrice a suggéré la possibilité de prévoir des versions de mise en ligne adaptées aux personnes en situation de handicap, et une discussion passionnante s’en est suivie, en découvrant un autre type de numérisation qu’il serait possible d’expérimenter dans le cadre du projet CLA++. En effet, les publications d’artistes sont un objet culturel, liées à des usages, à une culture, à un réseau de passionnés, etc. A jusqu’alors été pris en compte une numérisation montrant la publication (livre, classeur, etc.) en tant qu’objet, son contenu (texte et images), éventuellement la manipulation (vidéo ou 3D), etc. Or, il fait sens de « décrire » ces objets autrement, par exemple en lisant tel livre et en racontant les images qu’il comporte, en décrivant l’objet et ses fonctionnalité, etc. Bref, on peut présenter ce livre – et donc le numériser pour le mettre en ligne – à travers une lecture à haute voix accompagnée d’un récit de cette même lecture. Une telle présentation pourrait s’adresser par exemple aux personnes malvoyantes. Mais une même expérience pourrait être imaginée avec un enregistrement vidéo, où le récit complète les éléments que l’image ne peut véhiculer.

Outre la délimitation d’un nouveau champ expérimental à explorer, trois perspectives distinctes ont été identifiées lors de ces échanges :

–       une catégorie à ajouter à la liste des typologies, à savoir les livres dont la lecture en tant que performance fait partie intégrante du projet (certaines publications de poésie visuelle/sonore), éventuellement la lecture à haute voix par l’auteur-artiste lui-même, etc. ;

–       une présentation des publications d’artistes à l’attention des personnes en situation de handicap ;

–       une expérimentation avec une lecture racontée comme modalité inédite de numérisation et de mise en ligne.