Chronique : 18 novembre 2020

Réunion en visioconférence entre Leszek Brogowski, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Aurore Sorieux, Dominique Wolf. À partir de 12h15 : Françoise Cheminade et Isabelle Brémond de la DSI, et 12h45 Nicolas Thély.

La séance a porté sur la question des droits d’auteurs. Environ un quart de notre corpus est constitué des publications des Éditions Incertain Sens. Le catalogue de celles-ci compte environ 80 publications, pour lesquelles les droits d’auteurs sont partagés entre l’éditeur et les artistes. La grande diversité de ces publications, dont la parution s’étale sur plus de 20 ans, permet d’alimenter un certain nombre de catégories de la liste des typologies, déjà relativement stabilisée, même si elle a vocation à évoluer au rythme de la recherche (exemple des derniers ajouts : les livres-mises-en-abîme). Pour pouvoir mettre en ligne l’intégralité d’un livre ordinaire, il faut un double accord de l’auteur et de l’éditeur ; c’est en quelque sorte l’accord de principe. Or, le cœur du projet CLA++ consiste à élaborer un guide de méthodes de numérisation adaptées aux livres spécifiques que sont les livres d’artistes (et autres publications d’artistes) : à la fois livres ordinaires et œuvres/projets d’art. Ces méthodes doivent être inventives pour remédier à tous les pans de la réalité du livre d’artiste que la numérisation standard efface, supprime ou rend muet. Une telle numérisation va potentiellement au-delà d’une simple mise en ligne d’un fichier PDF, et nécessite un accord spécifique de l’auteur-artiste pour telle numérisation concrète. En conséquence, il faut travailler sur la rédaction d’un modèle de contrat qui tient compte de ce travail de recherche et d’invention d es modalités de numérisation les mieux adaptées à chaque catégorie de la liste de typologies. Une telle convention , qui ne peut être signée qu’après une numérisation qui suit les consignes du guide (qui à son tour s’appuient sur les expérimentations menées dans le cadre de Cabinet du livre d’artiste++) doit – outre le descriptif précis des modalités de numérisation – comporter aussi l’accord explicite sur les modalités d’usages : usage pédagogique, usage recherche, usage de valorisation auprès du grand public, ce qui implique le paramétrage spécifique de la mise à disposition des ouvrages ainsi numérisés.

Les auteurs-artistes sélectionnés dans le corpus – parmi les auteurs des Éditions Incertain Sens – vont être informés du travail de recherche engagé par rapport à leurs publications. Il leur sera demandé un accord de principe et, dans un second temps, pour déterminer jusqu’à quelle extension ils veulent bien rendre visible leur publication, on leur fera signer un contrat ou une convention. Il est donc également décidé de travailler sur le modèle d’un tel contrat/convention, ce qui implique :

1. interroger d’autres structures type Navigart pour connaître leurs modalités d’usage,

2. se renseigner si des modèles de ce type puissent être identifiés dans diverses institutions concernées, par exemple la plateforme HumaNum,

3. mobiliser la cellule juridique de Rennes 2 pour la rédaction définitive du contrat.

Cependant, il a été observé qu’entre l’accord de principe et l’accord définitif des artistes, leurs paroles pourrait être une plus-value scientifique et une contribution précieuse à l’élaboration du guide : de même qu’ils définissent la meilleure forme éditoriale de leurs publications, ils peuvent apporter un feed back intéressant et original sur la meilleure forme de numérisation pour leur ouvrage , ce retour contribu ant à la construction des solutions recherchées dans le cadre du projet CLA ++.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.