Chronique : 23 septembre 2020

Réunion au CLA entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Dominique Wolf

La séance est consacrée à l’analyse de la première liste des typologies, établie par Aurélie. La discussion, à bâtons rompus, balaye des problématiques transversales, afin non seulement de définir ses grandes catégories, mais également de les comparer les unes aux autres, de faire fondre, si nécessaire, certaines d’entre-elles dans des ensembles plus synthétiques (ex. la boîte est-elle un type de reliure ? Le leporello est-il un type de dépliant ?), ou à identifier des critères communs à diverses catégories (les ephemera doivent-ils être ramenés à la catégorie “design graphique” ?).

Un constat, proche d’une découverte, a été fait lorsque la discussion a porté sur les premières catégories : “livres de texte”, “livre d’images”, “livre de texte et d’images” et “livre vide” (pages blanches). Il a en effet été remarqué qu’à partir de la mise en place du système PDF (Portable document format) en 1992, qui a remplacé les maquettes traditionnelles en papier de livres, la question de la numérisation se posait de manière nouvelle, car pour chaque livre, il existe – mais il n’est pas toujours accessible – un fichier PDF dont le livre imprimée est en quelque sorte une “copie”. En tout cas, le livre imprimé est un équivalent matériel du fichier numérique. Lorsque ce fichier est accessible et qu’il est possible de le rendre public, comme c’est le cas dans notre projet de toutes les publications de Éditions Incertain Sens, la numérisation du livre devient en partie caduque. Un autre constat intéressant est que le livre vide – fait de feuilles de papier vierge (il y en a un certain nombre dans le fonds du CLA) – ne correspond pas du point de vue de la numérisation à une absence quelconque, car c’est un fichier codé comme n’importe quel autre fichier.

Plusieurs types de problématiques ont été signalées à partir de ce premier constat.

1. La numérisation dans le cas d’un fonds spécifique, comme celui des publications d’artistes, ne peut se limiter aux scannes des pages du livre. En effet, du fichier PDF au livre imprimé, interviennent divers paramètres matériels (la taille du livre, son volume, la texture et la mécanique du papier, des gaufrages, etc.) qui ne sont pas lisibles à partir du seul fichier numérique. Autrement dit, toutes les techniques de “numérisation”, à savoir les scans 3D, la vidéo, les photos, doivent pouvoir être imaginées pour rendre compte de la matérialité des publications.

2. En absence de fichier PDF utilisable, un livre de texte (ou comportant des parties importantes de texte) doit pouvoir être “océrisé” afin d’assurer la qualité du rendu du texte et de permettre la « fouille du texte ». La question d’analyse automatique des documents mis en ligne pourrait être évoquée dans le cadre de ce projet afin de permettre une “fouille” automatique des données.

3. La question des droits d’auteurs se posera de manière différente par rapport aux publications des Éditions Incertain Sens, organiquement liées au fonds du CLA (droit d’éditeurs et disponibilité de principe des fichiers PDF), ce qui attire l’attention sur le statut spécifique des fonds comme celui du CLA qui est articulé à une activité “vivante”, à un phénomène en cours comme celui de la pratique du livre d’artistes et/ou à un réseau d’acteurs qui continuent à alimenter les archives. Ce point méritera d’être analysé plus en profondeur.

Une série d’autres interrogations a été soumise aux échanges (par ex. faut-il écarter de la numérisation les e-mails, les documents audio (vinyles), les CD-ROM et les DVD ?) et elles entreront dans les moutures successives de la liste de typologies qui, elle, est aussi appelée à évoluer en fonction de la découverte des problématiques spécifiques lors de la numérisation. Une catégorie “autres” doit être envisagée pour toutes les situations singulières – atypiques et rares – mais qui appellent des méthodes sui generis de numérisation (ex. feuilles miroir, nuanciers, etc.). Une de ces situations limite est constituée par les livres d’artistes qui comportent des instructions – protocoles – pouvant aller jusqu’à la demande de détruire le livre. Marie Boivent doit présenter prochainement au FRAC une conférence à ce sujet.

Chronique : 16 septembre 2020

Réunion au CLA entre Leszek Brogowski, Morgane Mignon, Aurélie Noury, Julie Villessèche, Dominique Wolf

Les échanges commencent par le premier descriptif du phénomène du livre d’artiste, qui oppose notamment le livre comme objet d’usage (livres d’artistes) au livre comme objet précieux ou objet de luxe (livres de bibliophilie). Quelle place réserver alors à la matérialité du livre, au livre comme dispositif qui décline divers déploiements du dispositif du livre en général (exemple : les leporello) ? Or, c’est précisément cette matérialité qui doit être l’objet de nos réflexions et la typologie doit être établie en fonction des problématiques de la numérisation et non pas des effets produits par le livre d’artistes sur les pratiques artistiques et les notions (esthétiques) qui en rendent compte. Comment traiter le livre d’artiste, qui se revendique livre-objet-d’usage, mais qui du point de vue de la numérisation est un simple objet dont la taille, le dispositif matériel, la présence ou non de texte ou d’images, etc. déterminent les problématiques de la numérisation ?

Sur cette base, une réflexion et une discussion s’engagent sur les différentes formes de publications d’artistes et sur leurs spécificités matérielles dont le projet doit tenir compte. Par exemple : y a-t-il une différence spécifique entre un livre d’artiste et une revue d’artistes ? Première réponse : contrairement au livre, la revue existe en un certain nombre de livraisons qu’il faut pouvoir associer les unes aux autres afin de se faire une idée de telle revue. Question connexe : quid de livres d’artistes publiés dans le cadre d’une série (ex. Onestar Press qui impose un format éditorial à toutes ses publications) ou dans le cadre d’un coffret (ex. Textes pour suite de Lefevre Jean Claude).

C’est donc à partir du fonds du CLA que le corpus du présent projet de recherche a été établi (200 publications), et les premiers échanges conduisent au constat qu’il est appelé à évoluer au fur et à mesure que la recherche en précise les catégories. Un travail important se dessine donc pour rédiger les définitions de celles-ci : livre d’artiste, revue d’artiste, fanzine (et ses variantes : graphzine, etc.), les BD qui sont en même temps livres d’artistes, les formes “plates” de l’imprimé : cartons d’invitation, affiches, etc., les pliages et/ou façonnages spécifiques (leporello, tête-bêche, etc.), mais aussi “multiples” au sens où cette catégorie a été employée depuis les années 1970, mais qui ne font pas partie du fonds du CLA.

Un point spécifique, mais sommaire, est consacré à la définition des livrables : la liste de typologies, le corpus sélectionné pour la numérisation pilote, le guide de numérisation, puis aux attentes du projet : numérisation du corpus expérimental, refonte de la base de données, et par conséquent refonte du portail qui l’accueille sur les serveurs de la DSI de Rennes 2 (Direction du système d’information).

La décision est prise d’intégrer dans le groupe Alexandrine Bonoron, doctorante dans l’UR PTAC qui, sous la direction de Marie Boivent et de Leszek Brogowski, prépare une thèse intitulée Du fanzine au graphzine. Évolution des esthétiques du do-it-yourself.

Chronique : 9 septembre 2020

Rendez-vous au CLA entre Leszek Brogowski et Aurélie Noury

En attendant la signature de la convention entre l’université Rennes 2 et CollEx-Persée, qui définit le cadre du projet et confirme le financement de 88 524,00 € accordé pour sa réalisation, Aurélie Noury et Leszek Brogowski, qui ont initié et porté depuis son origine le projet du Cabinet du livre d’artiste, définissent les modalités du travail : un noyau engagé dans le projet, où tous les partenaires du projet (MSHB, SCD, FRAC Bretagne, EA PTAC et CLA) seront représentés, se réunira toutes les semaines pour faire avancer le projet. Un créneau est retenu et une liste de diffusion est mise en place, élargie par rapport au groupe de travail, pour informer de l’avancement du projet les responsables des structures partenaires qui ne font pas partie du groupe de travail : MSHB (Nicolas Thély, directeur ; Isabelle Ganzetti, secrétaire générale), FRAC (Étienne Bernard, directeur), PTAC (Sandrine Ferret, directrice ; Philippe Le Guern et Marie-Noël Semet, directeurs élus pour la prochaine mandature).