Chronique : 9 décembre 2020

9 décembre 2020

Réunion en visioconférence entre Alexandrine Bonoron, Leszek Brogowski, Béatrice Lamarque, Aurélie Noury, Dominique Wolf.

Travail sur la liste de typologies, élaborée par Aurélie Noury et soumise à la discussion.

Les échanges ont d’abord porté sur la façon de montrer les publications d’artistes afin que soient lisibles leur taille et leur épaisseur. Divers moyens sont à disposition, outre une règle posée systématiquement à côté de la publication donnée lors de la prise de vue, c’est en général le contexte qui est révélateur de l’échelle. On pourrait systématiser les prises de vue de la publication (livre, dépliant ou autre) tenue dans les mains du lecteur qui la manipule. Deux types de prise de vue pourraient ainsi être formalisées, montrant l’une la taille (vue de face), l’autre l’épaisseur (vue de la tranche).

Dans la discussion qui avançait au rythme des catégories se succédant, Béatrice a suggéré la possibilité de prévoir des versions de mise en ligne adaptées aux personnes en situation de handicap, et une discussion passionnante s’en est suivie, en découvrant un autre type de numérisation qu’il serait possible d’expérimenter dans le cadre du projet CLA++. En effet, les publications d’artistes sont un objet culturel, liées à des usages, à une culture, à un réseau de passionnés, etc. A jusqu’alors été pris en compte une numérisation montrant la publication (livre, classeur, etc.) en tant qu’objet, son contenu (texte et images), éventuellement la manipulation (vidéo ou 3D), etc. Or, il fait sens de « décrire » ces objets autrement, par exemple en lisant tel livre et en racontant les images qu’il comporte, en décrivant l’objet et ses fonctionnalité, etc. Bref, on peut présenter ce livre – et donc le numériser pour le mettre en ligne – à travers une lecture à haute voix accompagnée d’un récit de cette même lecture. Une telle présentation pourrait s’adresser par exemple aux personnes malvoyantes. Mais une même expérience pourrait être imaginée avec un enregistrement vidéo, où le récit complète les éléments que l’image ne peut véhiculer.

Outre la délimitation d’un nouveau champ expérimental à explorer, trois perspectives distinctes ont été identifiées lors de ces échanges :

–       une catégorie à ajouter à la liste des typologies, à savoir les livres dont la lecture en tant que performance fait partie intégrante du projet (certaines publications de poésie visuelle/sonore), éventuellement la lecture à haute voix par l’auteur-artiste lui-même, etc. ;

–       une présentation des publications d’artistes à l’attention des personnes en situation de handicap ;

–       une expérimentation avec une lecture racontée comme modalité inédite de numérisation et de mise en ligne.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.